• Né à Rodez (Aveyron) en 1959. Autodidacte, peint depuis 2005.
C'est la fête des couleurs ! Intensités chaudes, vivifiantes.
C'est le langage des lignes droites comme des architectures, des lignes courbes comme des rivières … Dominique Raynal s'adresse au spectateur avec des images qui frappent par leur caractère géométrique, signalétique, symbolique et chromatique.
Sur un fond jaune ocre, des motifs noirs denses, magnifiques semblables à des broderies, sont tendus comme des flèches. Le titre est inscrit à la main : O Halé ! O Halé ! Indian Removal Act, loi proposée en 1830 par le candidat à la présidence des Etats-Unis Andrew Jackson ordonnant la déportation de 60 000 Indiens d'Amérique.
Coniston est travaillée à la manière des artistes aborigènes. L'accumulation de points s'organise en fonction d'une heureuse alternance de couleurs. L'artiste appose au pochoir, comme un sceau de vérité, l'année 1928. Là encore, son message va droit au but. Après le meurtre d'un blanc, la police australienne tue cette année-là sur le ranch de Coniston, des dizaines d'hommes, femmes, et enfants.
Une croix rouge sur fond noir strié, blessé nous fait signe. En bas du tableau, bien dans l'axe, on lit son titre comme un slogan : Hic.
Geste militant, geste de nature plastique, l'aspect démonstratif du contenu de ces oeuvres rejoint l'efficacité visuelle de l'affiche.
Zaza est une toile plus intimiste. On pourrait l'appeler, "Le plaisir de peindre" tant elle est sensuelle et proche dans ce sens de la légèreté de la calligraphie orientale.
     

accueil

   
l'artiste
   
peinture
   
sculpture
   
meubles peints
   
expositions
   
contact
   
     

home

   
the artist
]